La psychanalyse

marine à Dieppe 1952

L’objet de la psychanalyse n’est pas l’âme humaine mais le langage. Elle vit de cette matière matricielle pleine et mouvante. Le voyage y est sans amarres. Un jour on échoue sur une rive mais son mouvement continue de vous habiter à jamais, même discrètement.

Nicolas de Staël, marine à Dieppe, 1952

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s