toute une vie

portrait de Jawlensky, 1909

Toute une vie pour abandonner Dieu aux orties.
Voilà. Il n’est pas tout à fait seul, loin de là.
Il est enfin éternel, ou presque. Il n’a plus besoin des hommes pour le cultiver, il va se répandre dans l’univers. Ainsi s’achève ma métaphysique, commencée elle aussi presque au début de ma vie. Ce qui est humain reste humain. Avec sa part divine, sa grâce. Cette graisse qui va s’exsuder tout au long d’une vie, et rejoindre le soleil et les orties. Une parole de papillon. Un sang de terre. Un humus d’amour. Un regard de feu. Et la chaleur du nouveau-né pour toute une vie nouvelle. Des étés, des automnes, des floraisons sans compter. Des hivers à construire et déconstruire.

Gabriele Münter, Portrait de Jawlensky, 1909

3 réflexions au sujet de “toute une vie”

  1. J’aime ce portrait de Jawlensky et ce texte qui « achève » votre métaphysique, la pousse au-delà d’elle-même, dans l’humain qui est nature avec sa fragilité, sa finitude, mais auparavant, toutes les légèretés, toutes les gourmandises, toutes les élévations.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s