anniversaire des jours

P1050156Ce matin une petite fenêtre s’est ouverte dans mon note-book : 18 septembre. Petite fenêtre ouverte dans ma mémoire qui ressemble à ces jolis petits calendriers de l’Avent pleins de surprises, caramels, carrés de chocolat, bonbons, ciels étoilés ou prés fleuris, musiques tintinantes, nuages de passage dans le ciel bleu… ma mémoire est un livre d’images, j’en laisse les pages s’envoler, revenir. Ma mémoire n’a pas plus d’importance que la rivière qui coule. Beaucoup moins. Car j’aime la rivière plus que tout. Toutes les rivières, dès l’instant qu’elles coulent, qu’elles s’échappent, avec d’incomparables lumières insaisissables. Les abords des rivières aussi, le lit de la Drôme, par endroits très large, où poussent des plantes en nombre incalculable, en variété inimaginable, des herbes, des arbres, des fleurs, des couleurs, des insectes, des animaux et des cailloux… j’adore les cailloux. Le dix-huit septembre, aujourd’hui je m’en fous… j’entends Georges Brassens – c’était le 22, je crois, il y en a en grand nombre, des nombres – j’entends mon père qui meurt, en silence, mais je l’entends, il fait le même bruit que la petite fenêtre qui s’ouvre dans ma mémoire, ce matin-là, j’entends mon petit frère qui braille, cet autre matin, P1020030il y en a plein des 18 septembre. Aujourd’hui il dessine dans ma fenêtre des nuages blancs dans le ciel bleu. Pourvu qu’il y en ait encore beaucoup, beaucoup, des jours comme celui-là !
En bas couleurs des roses – et de l’Isère.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s