un instant du désir

rothko-1952

Se déconnecter un peu de l’électronique.
Car le monde veut vous saisir de sa présence, subitement sauvage, indomptée, si bien qu’on ne sait plus comment l’aborder — ses voix chaudes et timbrées, si diversement pleines d’on ne sait quoi — tout ce règne ignoré, le réel, se met à devenir accessible. Tout est là, il n’y a pas de tri. Comme un seul embrasement. Vous le sentez soudain.
Une mésange, aussi, m’a beaucoup parlé. Celle qui fait son petit commerce sur les branches d’un thuya, taillé en toit, que je domine du regard depuis ma fenêtre et qui lui fait comme une terrasse flexible où elle sautille vivement, d’où elle plonge comme font les mésanges, brusquement comme une balle qui rebondit ensuite. Elles sont d’une légèreté qui cependant semble empreinte d’un art sage et mystérieux.
J’ai décidé d’écouter les sons directs de la nature (encore présente, très présente) et c’est fou ce qu’elle nous offre : quelques minutes sont un programme pour une saison mondiale de festivals ! De petits appels juvéniles, touchants, ostinato, forte, piano, en chapelets, épis, et glissades, et tirades fruitées, tout ce qu’a de possibles l’imagination est emporté, les cris de violons et solos de flûtes etc. L’air du soir est entièrement concertant, la qualité de voix, de rythme, de musique qui vous environne ne vous lâche pas d’admiration, d’envoûtement, vous sautez en l’air de tous vos sens dans les bras du soleil qui baigne tout ça, à gorge déployée.

Rothko, 1952

3 réflexions au sujet de “un instant du désir”

  1. Oui, être la mésange, celle que l’on voit, que je vois ici à travers vos yeux, dans sa grâce, sa légèreté, ses occupations mystérieuses; être la nature dans sa sauvagerie encore là si l’on se dispose à la ressentir quand elle nous dispense de la technique, bien sûr mais aussi du langage, toute silence et vagues aériennes que nous suivons. De retour en ville et à l’ordinateur, ce soir, je revois quelques heures passées aujourd’hui sous un jeune chêne, dans l’ombre diffuse, traversée de quelques flaques de soleil et de chants multiples d’oiseau. Votre mésange y produit un écho.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s