dans la vraie vie

Soaz Saahli Ponant

Où est-elle, la vraie vie ? Pourrait-elle être une réalité ? Depuis le temps que nous ne vivons plus que sous le regard de modèles et de miroirs. Qui en a encore, non pas une idée, mais une expérience, de ce qu’on pourrait appeler la vraie vie ? De plus en plus fréquemment cette expression vient dans la bouche de ceux qui ont conscience que, de là où ils parlent, ils ne sont pas tout à fait « dans la vraie vie ». Ils sont en réalité dans la sphère médiatique, encombrée de romans, de films et de discours, prisonniers de la jouissance cérébrale, suspendus dans la sphère du milieu, entre la vie et la mort, ayant, finalement, une aversion pour l’une comme pour l’autre, les voyant trop brutales.

Peinture de Soaz Saahli, Ponant studies, 2015

5 réflexions au sujet de “dans la vraie vie”

  1. M’interrogeant sur « la vraie vie », je me suis souvenu d’Agamben: la « vie nue » serait l’exclusion incluse dans la vie sociale…J’ai toujours douté de cette sorte d’exclusion incluse, y compris chez Lacan….Je préfère aller vers Spinoza, qui , à propos du « droit naturel », affirme que nous n’avons pas à y renoncer radicalement même si nous avons dû le déléguer à la vie en société dont je me demande si elle a jamais été autre chose que ces simulacres, ces discours et ces images qui envahissent de plus en plus notre actualité. A mes yeux, la « vraie vie », ou la vie vraie me renvoie à la nature alternant avec la culture dans une conception animiste plutôt que dualiste…et il me semble possible de la vivre sous la forme de cette jubilation que je ressens lorsque je m’extrais pour un temps de la vie sociale et deviens, par exemple, l’oiseau ou la cerise, une vie partagée avec d’autres vivants que les hommes. Il sera bien temps, ensuite, de reprendre le masque en même temps que notre quotidienne et nécessaire réponse à l’événement.

    J'aime

  2. Absolument. Vos paroles sont comme un beau fleuve qui donne de l’eau à mon moulin. Et s’y baignent non seulement les oiseaux et les cerises et les autres vivants mais aussi des humains comme vous et moi et votre cher Spinoza et peut-être aussi le vieil Héraclite car la pensée la plus exigeante, l’action et la relation n’ont pas vocation à rester prisonnières de ce que je préfère nommer la sphère médiatique plutôt que sociale. Pour moi la société « vraie » est un fleuve dans le fleuve.

    J'aime

  3. Héraclite aussi est pour moi irremplaçable… L’image du fleuve l’accompagne…Et vous avez raison, sphère médiatique et champ social ont à être distingués même s’ils s’interpénètrent. Où situer fb?

    J'aime

  4. Je considère cette sphère (médiatique, sociale… naguère appelée justement société du spectacle) comme une fiction limitative. Je ne regarde pas les outils à notre disposition (dont les réseaux sociaux) comme des espaces habités mais simplement comme des instruments, des vecteurs de la relation.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s