errances

Paul Bailey a stop along the way

Cet homme qui marche, ce wanderer, ou cet autre longiligne, arraché au bronze, ceux qui descendent la dune, à-demi cachés par la brume de sable soulevée par leurs pas, la bouche fermée pour que n’échappe pas l’énergie singulière, mais tout le corps ouvert à la respiration qui défait les pensées, les souvenirs, qui relie à plus grand espace, à plus grande mémoire, et qui donne l’avenir à l’instant…
Ce papillon fraîchement éclos lâché dans l’aventure de l’été, oublieux des profondeurs qui l’ont porté…
Ce rivage d’écume qui jette aux pieds l’horizon…
Errances, pour que naisse le temps.

Paul Bailey – A stop along the way, 2012

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s