mémoire

Marquet, Albert, 1875-1947; River Scene

Marchant le long de la rivière, c’était presque étrange de sentir mes pas s’éloignant – ou plutôt se défaisant – du passé, défaisant sa consistance incertaine jusqu’à la dissoudre dans l’espace que je laissais derrière moi. Je pensais que des hommes avaient foulé ce chemin, je pensais à mon père, je savais que des gens avaient vécu ici, halé des péniches, hélé les bœufs qui les tiraient, planté des arbres, récolté du bois, des fruits, du foin, ou flâné en méditant, courtisé l’amour, que des enfants avaient couru, joué avec d’archaïques trottinettes ou des chevaux de bois tirés par une ficelle, que plus loin on savait des rois, des armées. Mais où cela allait-il donc, à quoi servait cette mémoire ?
Tandis que mes pas, que tout mon corps s’extrayait, décollait de cette évocation éphémère, j’en ressentais comme la continuité aspirante devant moi, j’étais le centre actif de ce métabolisme qui faisait du passé l’avenir. C’était tout simple mais c’était une incomparable énergie qui se vivait avec une parfaite aisance et la douce conscience d’être au cœur même du renouveau. C’était la fin d’une journée de printemps. Je n’essayais pas d’être ailleurs que dans ce déploiement de vie, pétales de fleurs de cerisiers posés ici et là.

Albert Marquet, scène de rivière

2 réflexions au sujet de “mémoire”

  1. Le titre de cette page et la lumineuse « scène de rivière » de Marquet dont le nom évoque la marque, justement, m’ont rappelé:
    « Mon beau navire, oh ma mémoire,
    Avons-nous assez navigué »…
    Pour moi, dans ce très beau texte, si poétique, plus que de mémoire qui, si elle avait une consistance en appellerait au droit, voire au devoir d’oubli, il s’agit plus de réminiscences telles qu’elles nous font signe dans nos objets, comme ces fleurs de cerisiers qui ont vu passer les bœufs et les enfants, toute une procession d’humanité, et jusqu’à toi maintenant, en ton centre, entre passé et futur. Et de ces fleurs, la senteur monte jusqu’à moi. Merci René pour ce passage/partage d’une expérience.
    Et que serait la psychanalyse sans Mnémosyne?

    J'aime

    1. Merci pour le chant du poète, merci mémoire  » ô sœur lumineuse », qui jette des réminiscences au fil de l’eau, et des senteurs. Et Mnémosyne oui, car sans mémoire pas d’oubli…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s