la poésie

P1070304

Je vois passer les dernières écharpes de couleur dans le ciel, comme souvent le soir. Elles ne s’accrochent plus au mur de ma maison comme autrefois, attendant que mon rêve se dissipe, exalté par l’écriture. Les nuages passent, ternissent, se disloquent, dessinant des flammèches, des traces de pinceaux, des processions désordonnées, vagabondes, des danses sautillantes ou des taches d’encre peu à peu diluées dans le ciel rose et bleu, silencieux, où vient virevolter une chauve-souris.
Comme est passée la poésie qui me berçait, m’enveloppait, me protégeait et m’a finalement laissé le monde cru, compact et froid, brûlant, cruel, beau, sans limites, sans accroche véritable… comme je le lui demandais ardemment depuis toujours.
Elle est pourtant restée dans le fluide de mon corps, et jusqu’entre mes mains.

  1. Cette si moelleuse et tendre écharpe céleste dont j’ai envie de m’entourer les épaules, ce que tu en écris dément qu’elle soit « passée » : elle est dans ton corps et tes doigts qui dansent sur le clavier et qui l’accrochent, n’en déplaise à la cruauté du monde. Elle est dans tes couleurs et tes formes mouvantes. Elle ne cesse de « passer » t’invitant, nous invitant au passage à la suivre. Merci René.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s