la morale

Het Kwaad is banaal, 1984

Juger est un acte irresponsable.

(avec Héraclite, Socrate, Spinoza, Lévinas, Foucault, les autres, et tout spécialement Marcel Conche que je remercie, en me joignant à eux avec pour le moment une seule phrase, mais écorchant au passage Aristote car le principe de non-contradiction ne sera pas respecté)

Et cela ne m’empêchera pas d’agir.

Marlene Dumas, Het Kwaad is Banaal (1984)

Listen to Marlen Dumas speaking of that :

6 réflexions au sujet de “la morale”

  1. Juger que juger est un acte irresponsable? Et alors, ne pas juger, c’est quoi? L’acte de juger (dire le droit) rend responsable (avoir à en répondre) me paraît réservé au cadre juridique. Les juges qui à Amsterdam, dans le pays où vit Marlène Dumas, furent responsables d’avoir prononcé contre lui le « herem ».
    J’aime cette rousse bigleuse, sœur de Hannah Arendt, et de sa « banalité du mal » dont le regard divergent illustre le principe de contradiction, incluant le jugement dans le sens d’en avoir…du jugement; et conteste le jugement calqué sur celui du juge. Même polyvalence dans tout le tableau le contraste des couleurs, ou les taches sur les mains, ou la posture que je vois comme inversée sur un fauteuil. Heureux paradoxes…Beauté des couleurs fauves et des bleus, clairs ou foncés.
    Merci pour la complexité proposée, dans les mots, les références philosophiques, l’art. Quant à agir…Dire, écrire, ne sont-ils pas déjà des actes?

    J'aime

    1. Ton premier paragraphe tente de disqualifier ma phrase plutôt que d’en chercher le sens, pourquoi pas ? Néanmoins elle existe. (Bien sûr je ne « juge » pas, je dis, j’affirme, juger c’est autre chose, comme tu le dis toi-même, c’est un acte de droit – comme, je suppose, puisque tu le donnes en exemple, le « herem » de Spinoza, dont je ne connais pas vraiment l’histoire).
      Sinon, grand merci pour ton écho qui entre en plein dans le paradoxe et la complexité qui m’occupe aussi. Cette rousse, qui n’est pas bigleuse (mais je comprends ton image), sœur d’Annah Arendt, est aussi, je crois, Marlène Dumas elle-même qui se représente comme la blonde occidentale qui a forcément raison, qui a forcément le droit de son côté, mais qui est appuyé(e) bien sûr sur le noir, et qui en a sur les mains et lui tourne le dos (comme tu le dis aussi plus en douceur). Il faut rappeler qu’elle est une Sud-Africaine blanche.
      Je voulais donc affirmer, faisant suite à tous ces philosophes et surtout à Marcel Conche (parce qu’il est des nôtres aujourd’hui et que j’ai en main son « fondement de la morale ») que juger, au sens de juger l’autre comme doit le faire un juge, peut être dit comme excédant notre responsabilité. Et que (je me paraphrase !) notre responsabilité est d’action.

      J'aime

  2. Disqualifier une phrase est différent d’ en disqualifier l’esprit et je te connais assez pour, cet esprit, le recevoir. Simplement, oui, j’en trouve la forme « morale ». Et m’ayant souvent lue, tu sais bien que les affirmations d’une essence sous la forme d’un « est » (« juger est ») hérissent mes « picots ». Alors, je cherche ce qui pourrait être « entre ». Pour Spinoza, le texte que tu as connu : « Quand Lacan invite et évite Spinoza » évoque assez longuement le « herem ». Mais il est vrai qu’on ne peut tout retenir de ce qu’écrivent nos « autres »…surtout quand les réseaux sociaux sont prolixes à l’extrême. J’aime bien ce que tu dis de Marlène Dumas que j’ai, par toi, découverte…et aussi, bien sûr, de la pensée complexe donc paradoxale. Belle fin de journée.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s